Source Dieu salon des écrits vains tristesse

Paper coeur

Salon des écrits vains de Chéniers

Le 13/11/2022

Ce 13 novembre 2022, le salon des écrits vains de Chéniers ouvre ses portes dans quelques minutes. Je n’ai pas été invitée pour cause de querelle de clocher. Je perds la grande chance de voir passer les passants qui passent et rapace, restent indifférents aux livres posés sur la table et à l’Être assis derrière cette même table.

Tolérance et pardon est le titre de la dernière conférence à laquelle j’ai assisté. Axée principalement sur le pardon, le thème de la tolérance dans un monde duel n’a pas été abordé. Gaïa Urantia est peuplée d’êtres humains entre autres des Moldus et des autres, des Starseeds et des autres, des injectés et des autres, de ceux qui ont raison et des autres. J’ai bien l’impression que je fais partie à chaque fois de cette catégorie vague, impersonnelle et fourretout : « les autres ».

La physique nous enseigne assurément que la matière est électromagnétique. Composée de particules chargées positives et négatives, notre corps vit et réagit aux oscillations électromagnétiques. Le nier est une erreur à mon avis. Et nos dirigeants l’ont bien compris en accentuant ce processus positif -négatif, bon- mauvais, les autres et moi.

C’est un leurre de croire que si on augmente de « dimensions », cette dualité disparaitra entièrement. Elle s’atténue et sûrement, les Êtres des fréquences supérieures telles Trekaach peuvent la transcender.   Ma croyance est que seule, la Source-Dieu est UNITÉ. Tout le challenge consiste alors à recevoir sa Lumière, de la laisser me traverser et de respirer pour en sentir les bienfaits, de focaliser l’attention sur l’Instant. Alors, l’onde de tristesse circule plus légèrement, le mental cherche à revenir encore et encore à la fréquence basse de la souffrance.   

Puis me vient cette phrase difficile à assimiler : nous sommes tous Un, nous sommes tous la Source. Les pensées s’apaisent peu à peu, la tristesse s’accroche encore à la gorge. En apprentie-alchimiste, j’invoque sa Lumière violette. Les mâchoires se détendent, l’étau du cœur se relâche. L’écriture ma puissante alliée me pousse encore et encore à vivre cet apprenti-sage reçu en enseigne-aimant donné par ces tisseuses et tisseurs de vérité. Puis, je les bénis à nouveau.